Loi 50 - Carte pénalisée.
Arbitrage

Une  carte  prématurément  exposée  (mais  non  attaquée,  voir  Loi  57)  par  un  joueur  de  la  défense  est une   carte   pénalisée,   sauf   si   l’arbitre   en   décide   autrement   (voir   Loi   49   et   la   Loi   23   peut   être appliquée).

A. La carte pénalisée reste exposée

Une   carte   pénalisée   doit   être   laissée   face   visible   sur   la   table   juste   devant   le   joueur   à   qui   elle appartient, jusqu’à ce  qu’un arbitrage  soit  intervenu.

 

B. Carte pénalisée principale ou secondaire ?

1. Carte  pénalisée  secondaire
Une   carte   exposée   prématurément   (par   exemple   en   jouant   deux   cartes   dans   une   levée,   ou   en laissant  tomber  une  carte  accidentellement)  et  :
-  si  elle  est  seule,
-  exposée  par  inadvertance,
-  inférieure  au  rang  d’un  honneur, devient  une  carte  pénalisée  secondaire.

2. Carte  pénalisée  principale
Toute  carte  du  rang  d’un  honneur  ou  toute  carte  exposée  par  un  jeu  délibéré  devient  une  carte pénalisée  principale  (par  exemple  en  attaquant  hors  tour,  ou  en  corrigeant  une  renonce).
Quand  un  joueur  de  la  défense  a  deux  cartes  pénalisées  ou  plus,  toutes  ces  cartes  deviennent  des cartes  pénalisées  principales.

C. Dispositions concernant une carte pénalisée secondaire

Tant  qu’un  joueur  de  la  défense  n’a  pas  joué  sa  carte  pénalisée  secondaire,  il  ne  peut  jouer  aucune autre  carte  de  la  même  couleur  en  dessous  du  rang  d’un  honneur,  mais  il  est  en  droit  de  jouer  un honneur.   Le   partenaire   du   joueur   fautif   n’est   pas   assujetti   à   des   restrictions   d’attaque,   mais l’information  obtenue  du  fait  d’avoir  vu  la  carte  pénalisée  n’est  pas autorisée (voir E ci-après).

 

D. Dispositions concernant une carte pénalisée principale

Quand  un  joueur  de  la  défense  a  une  carte  pénalisée  principale,  le  joueur  fautif  et  son  partenaire peuvent  tous  les  deux  être  assujettis  à  des  restrictions  :
-  le  joueur  fautif  à  chaque  tour  de  jouer,
-  le  partenaire  à  chaque  tour  d’attaquer.

1.  (a)  Une  carte  pénalisée  principale  doit  être  jouée  à  la  première  occasion  légale,  que  ce  soit  pour attaquer,  fournir,  défausser  ou  couper.  Si  un  joueur  de  la  défense  a  deux  cartes  pénalisées  ou  plus qui  peuvent être  légalement  jouées, le  déclarant  désigne  celle qui  doit  être  jouée.

(b)  L’obligation  de  fournir  à  la  couleur,  ou  de  se  soumettre  à  une  restriction  d’attaque  ou  de  jeu prime  sur  l’obligation  de  jouer  une  carte  pénalisée  principale,  mais  la  carte  pénalisée  doit  toujours rester  face  visible  sur  la  table  et  être  jouée  à  la  prochaine  occasion  légale.

2.  Quand  c’est  au  tour  d’un  joueur  de  la  défense  d’attaquer  alors  que  son  partenaire  a  une  carte pénalisée  principale,  il  ne  doit  pas  attaquer  avant  que  le  déclarant  n’ait  formulé  son  choix  parmi  les options  ci-après  (si  le  joueur  de  la  défense  attaque  prématurément,  il  est  assujetti  à  rectification selon  la  Loi  49).  Le  déclarant  peut  :

(a)
-  exiger*  du  joueur  de  la  défense  qu’il  attaque  dans  la  couleur  de  la  carte  pénalisée,
-   lui   interdire*   d’attaquer   cette   couleur   aussi   longtemps   qu’il   garde   la   main   (pour   deux   cartes pénalisées  ou  plus,  voir  Loi  51).
Si  le  déclarant  choisit  l’une  de  ces  options,  la  carte  n’est  plus  pénalisée  et  elle  est  reprise.

*  Si le joueur est dans l’impossibilité d’attaquer comme exigé, voir Loi 59.

(b)  ne   pas   exiger   ni   interdire   une   attaque  ;   dans   ce   cas   le   joueur   de   la   défense   peut   attaquer n’importe  quelle  carte  et  la  carte  pénalisée  reste  pénalisée*.  Si  cette  option  est  choisie  la  Loi  50D continue  à  s’appliquer  aussi  longtemps  que  la  carte  pénalisée  n’est  pas  jouée.

 

E. Information provenant de la carte pénalisée

1.  Les  dispositions  concernant   le   jeu  d’une   carte   pénalisée   constituent   une   information  autorisée pour  tous  les  joueurs.

2. Toute  autre  information provenant  de la vue  d’une  carte pénalisée est  non autorisée pour le partenaire du joueur ayant une carte pénalisée (mais autorisée pour le déclarant).

3.  Si  l’arbitre  juge  que  la  carte  exposée  a  transmis  une  information  susceptible  de  léser  le  camp  non fautif il attribue une marque ajustée.